1555576_10208488338435289_6050776425696418341_n

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

1902733_10208488322274885_1850939645059588191_n

 

AMOUR
Sur les murs de la ville
Sur l'édit de l'édile
J'écris ton nom
Sur l'ardoise de l'enfant
En rouge sur le ciment
J'écris ton nom
Sur les plumes de l'oiseau
Où tatoué sur ton dos
Je vois ton nom
Sur l'air d'une chanson
Dans l'appel d'un chaton
J'entends ton nom
Dans les pleurs de l'homme bafoué
Là dans son coeur déchiré
Je sais ton nom
Et tout au long des âges
Tel un éternel message
Tous écrivent ton nom
Régina Augusto Auteure.
Texte protégé.
https://www.facebook.com/regina.augusto.12327

1067_10208488231152607_228523876661974113_n

CE QUI COMPTE

Ce qui compte, ce n’est pas la quantité de cadeaux que nous offrons, mais la qualité de présence que nous offrons, par une écoute attentive et chaleureuse, par un regard compatissant et encourageant, par une main ouverte et généreuse.

Ce qui compte, ce n’est ni la qualité du papier d’emballage, ni la grosseur de la boucle, mais l’intention avec laquelle nous offrons ce que nous avons choisi pour cette personne. 

Ce qui compte, ce n’est pas l’attention que nous réussissons à obtenir, mais celle que nous accordons à autrui, à sa joie, à sa souffrance, à ses questionnements.

Ce qui compte, ce n’est pas le nombre d’amis que nous avons, mais la qualité de nos liens d’amitié, la sincérité, la profondeur et l’authenticité qui les caractérisent.

Ce qui compte, ce n’est pas d’avoir le poste le plus haut placé dans l’entreprise, mais d’être le collègue qui suscite l’esprit d’équipe et l’entraide, celui qui se réjouit pour le succès des autres, celui qui se réalise pleinement dans son travail.

Ce qui compte, ce n’est pas d’en faire beaucoup, c’est de faire de son mieux toujours, dans le meilleur intérêt des autres et du nôtre.

Ce qui compte, ce n’est pas ce que nous avons fait, mais ce que nous faisons avec notre cœur, ce que nous donnons sans compter, ce que nous apportons comme contribution pour rendre ce monde meilleur.

Ce qui compte, ce n’est pas d’être populaire, c’est d’être soi, en tout temps, en toutes circonstances, parce que l’authenticité n’est pas un rôle à temps partiel mais un état à temps plein.

Ce qui compte, ce n’est pas d’être en amour, mais de savoir aimer, toujours mieux, avec le cœur toujours plus grand ouvert, avec le moins d’ego possible. Savoir aimer l’autre, savoir s’aimer soi, savoir aimer tous les autres, quels qu’ils soient.

Ce qui compte, ce n’est pas le compte en banque, c’est le compte en cœur, l’amour que l’on a pour soi et pour les autres.

Diane Gagnon 
https://www.facebook.com/Le-coeur-au-présent-525376660850911/timeline

941023_10208471952545652_932059775400862643_n

Tu as raison, les mots manquent, le cœur est plein, la parole est vide, comment dire qu'on aime ? Comment exprimer l'amour ? Par quelles paroles rendre ce mélange de tendresse, de respect, d'estime, d'admiration, de dévouement et d'adoration qu'une âme comme la tienne fait naître dans un cœur comme le mien ? J'y renonce. La parole humaine n'est pas faite pour exprimer l'infini, et je me contente de te dire je t'aime !.

- Victor Hugo

 

10391565_10153875730363987_3612614090978360422_n

 

 

10372221_10208469538125293_8675340831081103140_n

 

 

 

♪♫♪ - Celine Dion & Michel Sardou - Voler ...

Voler
Au-dessus des nuages
En dessous, les orages
Les hommes et leurs villages
Les hommes et leurs maisons
Et s'approcher d'un ciel
Où nous n'irons jamais.

Voler
Hors du mauvais temps
Au-dessus des rempants
Les femmes et les enfants
Les femmes et leur passion
Puis s'approcher d'un ciel
Où nous n'irons jamais.

Voler 
À moitié des étoiles
À vitesse idéale
Sous un angle parfait
Voler
Et s'approcher d'un ciel
Où nous n'irons jamais.

Quand l'horizon se noie
Quand le haut et le bas
Ne signifient plus rien

Quand l'oiseau de bois
Vers le cercle et la croix Retrouver le terrain

Voler
Et revenir enfin.

Voler
Au dessus des mirages
Des oiseaux de présage
Les mauvais et les sages
les mensonges et les vrais
Et s'approcher d'un ciel
Où nous n'irons jamais.

Voler
Plus haut, encore plus haut
À se briser les os
À ne boire que de l'eau
À chercher de l'air frais
Et s'approcher d'un ciel
Où nous n'irons jamais.

Voler 
A moitié des étoiles
A vitesse idéale
Sous un angle parfait
Voler
Et s'approcher d'un ciel
Où nous n'irons jamais
Où nous n'irons jamais...